En route pour les Marches de l’Est

Voila une Simca 5 découvrable.

Si sa date de 1e mise en circulation demeure inconnue (récépissé de déclaration de mise en circulation), il est indéniable, au vu de l’écusson de calandre et des enjoliveurs qu’elle est, au plus, de 1938. Mon grand-père a acquis cette première auto, d’occasion, en juillet 1939. C’est le n° de chassis qui nous renseigne et nous indique que la voiture a été produite en 1937.

A la sortie de la grange. La carrosserie est globalement en bon état.

A la sortie de la grange. La carrosserie est globalement en bon état.

En novembre 2015 la Simca 5 a quitté la grange où elle était remisée depuis environ 60 ans. De la Petite Montagne jurassienne elle a accomplie un périple de plusieurs centaines de kilomètres sur une remorque en direction des Marches de l’Est.

Là-bas, le patron de l’entreprise de logistique et transport routier Bouché logistique me l’a stocké gracieusement dans un de ses entrepôts pendant six mois. Et c’est le samedi 30 avril qu’elle est montée à nouveau dans une remorque, emportée par René, garagiste spécialisé en auto de sports, de prestige  et / ou plus ou moins anciennes. Il s’occupera de la partie mécanique et, sans doute, du châssis.

Ma petite Simca 5 vient de monter dans une remorque surdimensionnée, direction le garage.

Image0003 Ma petite Simca 5 vient de monter dans une remorque surdimensionnée, direction le garage.

Publié dans : auto ancienne, blog Simca 5, Simca 5 | le 26 juin, 2016 |Pas de Commentaires »

En attendant la suite des opérations

Le 21 janvier, voilà déjà un certain temps que les conditions climatiques n’ont pas été au rendez-vous pour effectuer du sablage, ce qui explique que la coque, les portières, la partie avant du capot, des jantes ne sont pas encore faites. Eric Heinrich, patron d’un labo d’analyses médicales de Sarrebourg et dont j’avais les enfants au collège d’Hartzviller, est en train de sabler. Il est venu pour le faire sur une des grosses pièces de sa Traction. Le froid sec qui règne dehors vont lui faire passer l’après-midi jusqu’à la nuit tombante ainsi. Il me sablera l’élément avant du capot et plusieurs jantes. Merci à lui. Je passerais ensuite ces dernières dans la microbilleuse pour affiner et retirer la peinture dans des endroits difficiles à traiter à la sableuse. Comme toujours, phosphatage ensuite.

Je dispose de six jantes. Celle en photo ci-dessous sera finalement laissée de côté car trop abimée. Il m’en reste cinq (4 + la roue de secours) que j’amène le 14 février, en même temps que le porte bagages, chez le carrossier afin que le tout soit peint dans la couleur de la future capote.

21 janv 2017

J’ai aussi emmené à peindre le volant d’origine. La voiture n’était plus équipée de celui-ci mais d’un autre plus récent. J’ai chercheé pendant un certain temps cette pièce d’origine. Je l’ai trouvé finalement non loin d’Aix-les-Bains chez un passionné qui vendait aussi un ensemble chassis-moteur et d’autres pièces de Simca 5. Plus tôt dans sa vie il en avait restauré cinq. Il avait imaginé partir sur les routes avec sa femme et ses enfants, chacun au volant de sa Simca 5. Mais ceux-ci une fois devenus adultes ne furent nullement intéressés par l’auto. Il les revendit donc. Mais sa passion pour les anciennes se poursuit actuellement avec la restauration d’un véhicule bien plus imposant que ma petite Simca.

Le volant d’origine acquis comportait une fente. Une des connaissances de René me conseilla de la boucher en râpant de la bakélite (matière du volant) et en la mélangeant avec de la colle type araldite ; ce que je fis.

Volant équipant la Simca à la fin de sa 1e vie

Volant équipant la Simca à la fin de sa 1e vie

Volant Quillery (Paris)

Volant Quillery (Paris)

Image0001

Le volant d’origine

Image0001

La fissure

17 janv 2017

Encore une pièce cassée à ressouder : celle qui fait la jonction entre le câble du compteur de vitesse et l’engrenage qui vient prendre dans la boite et relever la vitesse.

le 17 février, j’emmène chromer des dizaines de petites pièces. L’entreprise travaillant surtout pour des sociétés les délais sont très longs pour les particuliers. Ainsi,  le délai de livraison est pour le 23 juin prochain.

Arrêt de portières Image0004 Image0005 Image0006 Image0007 Image0008 Image0009 Image0011 Image0012 Image0013 Image0014 Image0015

La plupart de la boulonnerie, après microbillage, est partie au zinguage. La coque de la carrosserie et les portières seront sablées chez TSD, le carrossier. Le bloc moteur est encore à Eschau. Nous sommes donc en attente pour la suite. Toutefois, il y a quand même un peu à faire. Pour moi encore quelques pièces à microbiller. Ainsi, les dernières fois, j’ai fait plusieurs arceaux de la capote et le filtre à air.

L’intérieur du filtre fut des plus inattendus puisque composé de copeaux métalliques de tour. René m’a dit que c’était plus destiné à réduire le bruit qu’à filtrer l’air, en déclarant que c’était quand même un peu n’importe quoi puisqu’il n’était pas exclu que des mini morceaux de métal puissent être entraînés par le flux d’air dans le moteur.

Intérieur du filtre à air

Intérieur du filtre à air

Image0003

Autres morceaux du filtre avant microbillage

Publié dans : auto ancienne, blog Simca 5, Non classé, Simca 5 | le 19 février, 2017 |Pas de Commentaires »

Au volant en 2017 ?

Avant de lancer le moteur et de partir au volant d’une auto restaurée, il y a encore bien à faire. Mais les premières opérations de remontage, qui devraient débuter dans quelques semaines, sont en vue. En attendant, l’heure est encore à la préparation et réparation de pièces.

Le 3 janvier 2017, je ramène le radiateur peint et au faisceau changé. Voilà donc quelque chose de neuf. 

Image0001

Avant démontage

Radiateur (faisceau refait) (2)

faisceau refait

Autres éléments neufs (que je suis allé chercher le 22 décembre chez Christophe Brunissen, le sellier) : les sièges

14 déc  D

 

René a démonté toute la boite. Il est en train de remettre en place les différents axes de pignon et leur fourchette.

 Image0004                    Image0003          Image0002                 Image0001

Lorsque j’avais microbillé le carter de boite, une fissure s’est révélée côté intérieur et extérieur, sans toutefois laisser place à une fente. Il a cependant été soudé aux endroits de la fissure.

17 janv 2017 (7)


On aperçoit où la soudure a été faite sur le carter de boite.

Ci-dessous la partie arrière du carter de boite. En bas à gauche, on remarque l’orifice dans lequel viendra se loger le levier de changement de vitesse qui actionne l’une ou l’autre des fourchettes. Les fourchettes commandent le déplacement de pignons situés sur l’arbre secondaire. En haut à droite de la photo, une partie du collier de serrage du frein à main (qui n’est pas là en bonne position).

17 janv 2017 (22)

Le microbillage ou sablage met à jour ou rend plus évident certains défauts. Ainsi, le réservoir d’essence présente quelques points de micro trous traversants. Là aussi une soudure s’imposera.

 

Publié dans : auto ancienne, blog Simca 5, Simca 5 | le 22 janvier, 2017 |Pas de Commentaires »

Démontage (suite) et préparation des pièces

Nous en étions resté à la portière passager. Restait à la séparer de la coque. René à eu du mal à y parvenir car les vis n’étaient plus en face des trous, donc inaccessibles et la portière tenait encore par sa charnière du bas. Il m’a montré comment le montant  de la coque sur lequel venait s’appuyer le montant arrière de la portière avait été victime de chocs, puis plusieurs fois soudé mais assez mal. C’est finalement avec un tournevis à choquer qu’il parviendra à ramener les vis en face des trous permettant de les sortir.

Comme nous l’avions déjà vu avant démontage, le dessous de la portière est tout dentelé de trous de rouille.

La portière passager retirée

Image0007

Le bas de la portière et en piteux état

On enlèvera ensuite les feux arrières. Les feux latéraux ont déjà été enlevé par René. Je les microbillerai un autre jour. Le démontage des attaches permettant la fermeture de la capote au dessus du pare-brise m’a déjà occupé pendant au moins deux heures, clé plate et tournevis en main, sans résultat.Je m’y remet. La clé plate est presque impossible à insérer sur l’écrou car la carrosserie revient partiellement dessus. René tente aussi, sans plus de résultats car les fentes de vis sont aussi abimées. Il va passer à des moyens radicaux. A l’aide d’une pince extrêmement large, nous retournons la carrosserie aux endroits gênants l’accès aux écrous comme on ouvrirait une boite de sardine. C’est à la meuleuse qu’il va enlever les écrous complètement grippés et libérer ainsi les attaches capote.

Image0011

attaches-capote fixés sur le montant au dessus du pare-brise (la partie complémentaire est fixée sur le devant de la capote=.

 

René retirera aussi les parties des glissières de sièges solidaires du plancher, les phares, des éléments sous le capot comme on peut le voir ci-dessous.

Image0006

Ensuite tout va aller très vite. Mercredi 16 novembre, je microbille des pièces. René et Christophe, un jeune qui vient régulièrement à l’atelier, s’affairent sur le devant de la voiture. Je viens ensuite aider  Christophe à achever de retirer les derniers boulons qui retiennent encore l’aile avant côté conducteur. Le samedi 19 ils auront retiré l’autre aile, retiré tout le circuit électrique,les câbles du tableau de bord, du pédalier, du frein à main, tous les points d’attache reliant encore la coque au reste de la voiture. la coque est retirée de l’ensemble châssis – moteur.

Image0002

Mardi 21 novembre, j’aide René à mettre l’ensemble précédent sur le pont. Je vais commencer à enlever des goupilles,écrous et boulons sur les parties situées à chaque extrémité de l’arbre de transmission. Il vient finir le travail de façon expéditive : on ne retire plus les goupilles ni plus qu’on dévisse les écrous ; tout à la déboulonneuse ! Il démonte aussi les pièces transmettant la direction aux essieux avants. Nous sortirons ensuite l’ensemble boite – bloc moteur du châssis

Image0001

Samedi 26 novembre, je ne fais que passer. Le châssis n’est plus sur le pont, mais complètement nu et dressé debout. Plus de tambours de frein, de roues, de suspension. René me dit que le châssis aussi a fait l’objet de réparations, soudures.

Image0005

Le bloc moteur – boite sera ensuite séparé et le bloc moteur démonté. Là aussi, plusieurs problèmes parmi lesquels une bielle coulée et quelques conséquences sur le vilebrequin ; la couronne de dents du volant moteur à changer ; Le faisceau du radiateur est aussi à changer. Pour cela, je l’emmènerai à Schiltigheim chez Autos radiateurs Marcel.

Image0003

Parmi les pièces, volant moteur, embrayage, pistons et bielles, vilbrequin,, arbre à cames

Parmi les pièces, volant moteur, embrayage, pistons et bielles, vilebrequin, arbre à cames, etc.
Image0004

Intérieur du pont arrière avec le planétaire et les satellites

Image0009

Nez de pont

Ci-dessous autre vue du nez de pont (partie intégrante du pont arrière). On y remarque que la pièce était cassée et qu’elle a dû être soudée.

Image0008

 

 Le démontage de la voiture apporte toujours son lot de microbillage. Cette opération concerne les pièces qui, pour la plupart, seront peintes. A l’aide d’un pistolet pulvérisant de minuscules billes de verre, on décape les pièces de leur revêtement afin de ramener le métal à nu, complètement propre. Au sortir de la microbilleuse, les pièces doivent être phosphatées afin qu’elles ne rouillent pas.

 

Le réservoir que je suis en train de microbiller

Le réservoir que je suis en train de microbiller

Porte-bagages et réservoir phosphatés

Porte-bagages et réservoir phosphatés

Le porte-bagages a été déplacé et rassemblé avec d'autres pièces qui seront prêtes à être peintes

Au porte-bagages s’ajoutent d’autres pièces qui seront prêtes à être peintes

Le démontage est à peu près terminé. Le temps est maintenant occupé essentiellement à la préparation des pièces. Celles trop grandes pour rentrer dans la microbilleuse vont faire l’objet d’un sablage à l’extérieur qui donnera à peu près  le même résultat, pas tout à fait aussi fin cependant dans les recoins.

Démontage (suite) et préparation des pièces dans auto ancienne i0019-300x225

Le 10 décembre c’est le cas des quatre ailes. René a revêtu son casque de cosmonaute avec arrivée d’air intégrée. Je viens de phosphater le châssis qui a subi le même traitement.

I0018

 

Le châssis n’est cependant pas en parfait état. Une fissure à l’avant et plusieurs autres points qui sont soudés. , un autre point tordu.  C’est le 14 décembre que René fait les soudures.

14 déc14 déc B

 

Ensuite, le châssis est calé par le pont élévateur et nous prenons des mesures pour voir si il y a des torsions et s’il doit être redressé. René me montre que le châssis est très souple (chewing-gum comme il dit) en m’expliquant pourquoi c’est fait exprès.

14 déc C

Le 22 décembre, je passe rapidement à l’atelier. René me précise qu’il a emmené le bloc moteur à Eschau, à côté de Strasbourg, afin qu’il soit réalésé. De là-bas, les bielles vont partir dans les Vosges pour être aussi rectifiées.

Publié dans : auto ancienne, blog Simca 5, Simca 5 | le 28 novembre, 2016 |Pas de Commentaires »

Une contemporaine !

Il y a deux jours, j’ai assisté à l’arrivée d’une voiture au garage. : une marque americano-alsacienne ou alsaco-américaine, au choix. C’est une Matford : fruit d’un accord entre Ford et le constructeur Strasbourgeois Mathis. Ce modèle là est moins courant que la plupart puisque c’est un coupé cabriolet avec spider. Elle date de 1937 comme ma Simca 5 mais est bien plus imposante.

Image0007

Image0006

Le volant de la Matford s’apparente au volant d’origine de la Simca 5
le spider ouvert

le spider ouvert

Les deux pièces rondes chromées sur l'aile arrière ? Des marchepieds pour monter dans le spider.

Les deux pièces rondes chromées sur l’aile arrière ?              Des marchepieds pour monter dans le spider.

 

Publié dans : auto ancienne, blog Simca 5, Simca 5 | le 22 octobre, 2016 |Pas de Commentaires »

Et si on commençait le démontage ?

L’objectif est de démonter tout ce qui est démontable sur les éléments de carrosserie, puis de séparer de la coque chacun des éléments de carrosserie (portes, ailes, éléments du capot) qui peuvent l’être. Ensuite la coque sera séparée du châssis et moteur.

Pendant que les armatures de siège sont à la peinture et avant de les ramener chez le sellier en vue de leur finition, nous commençons par retirer le pare-brise en coupant le joint et en enlevant une pièce métallique qui en fait le pourtour, l’empêchant de basculer à l’intérieur de l’habitacle.

Image0006

Le pare-brise est maintenant retiré

Image0010

la pièce métallique retenant le pare-brise par l’arrière

Nous nous attaquons ensuite à la porte droite. Je commence par retirer le boitier d’ouverture – fermeture de la porte. La clanche d’ouverture à l’extérieur me résiste. Les vis qui la retiennent se trouvent à l’intérieur d’un élément de carrosserie et sont extrêmement difficiles d’accès, sans compter qu’elles sont grippées. Un coup de WD 40 . On laisse agir et on verra. René me parle de choquer les vis quand on s’y remettra. Je passe donc à la partie vitrée de la portière. Je retire un quasi pourtour de cette partie vitrée, puis les joints, des pièces métalliques. Plus tard, René retirera la vitre coulissante (élément avant de la partie vitrée de la portière). La partie fixe de la vitre (élément arrière) semble être beaucoup plus compliqué à enlever. Elle est en effet enserrée dans une structure dont je ne comprend pas comment elle se retire.

La portière droite est maintenant sans vitres et sans mécanisme d'ouverture-fermeture

La portière droite est maintenant sans vitres et sans mécanisme d’ouverture-fermeture

Les pièces chromées que nous retirons sont rassemblées dans une boite. Lorsqu’elles seront toutes démontées, je les emmenerai faire rechromer. Les pièces peintes sont passées à la microbille puis phosphatées dans l’optique de recevoir dans le futur une nouvelle peinture.

Image0004

La capote a été aussi démontée

Les arceaux qui permettent à la capote de se plier et déplier frottaient contre les montants latéraux de la carrosserie (on voyait d’ailleurs les traces de frottement sur le revêtement, ce qui est complètement anormal). Il fallait redresser ces arceaux afin qu’ils laissent place à un futur revêtement intérieur sans frotter dessus. René a eu l’idée de le faire en prenant les arceaux des deux côtés ensemble et de provoquer leur écartement par rapport aux flancs de la voiture en utilisant une sangle à cliquet qu’il a peu à peu serré jusqu’à ce que cela soit suffisant pour créer l’espace suffisant.

Plus tard, j’enlèverais les boulons fixant l’extrémité de chaque arceau dans la carrosserie. Les clous de tapissier qui la retenait à l’arrière étaient complètement rouillés. plusieurs têtes sont venues et le reste du clou est resté à l’intérieur de la pièce de bois dans laquelle ils sont fixés.

 

Publié dans : auto ancienne, blog Simca 5, Simca 5 | le 15 octobre, 2016 |Pas de Commentaires »

Sièges avant (suite)

    Rappelez-vous ! Les sièges avaient été démontés. Il ne restait que les armatures. Le haut de chaque dossier avait été emmené au chromage. Ils sont de retour.

Image0001

 

Le reste des armatures a été également microbillé par René et une soudure a été nécessaire. Je les ai emmené à la peinture chez TSD carrosserie à Phalsbourg.

Image0002

 

Les glissières des sièges étaient fendues à l’arrière. J’avais trouvé sur internet une personne en Haute Savoie vendant différentes pièces de Simca 5. Il possédait des glissières correctes que je lui ai acheté et qu’il m’a envoyé. Je les ai microbillé et passé au phosphate (pour protéger de l’oxydation).

Image0011

glissières d’origine

Image0012

Clairement elles sont fendues à l’arrière à des degrés divers

Image0008

La machine à microbiller

Image0007

Une fois passé à la microbilleuse, les glissières sont comme neuves

Une fois les armatures peintes, les arceaux chromés et treillis d’assise et dossier remontés, j’ai emmené les sièges complets chez le sellier, Christophe Brunissen, à Molsheim, prêts maintenant à être regarnis. J’en ai profité pour lui amener la capote afin d’avoir un devis.

Les armatures peintes et chromées

Les armatures peintes et chromées

 

La capote retirée

La capote retirée

 

 

Publié dans : auto ancienne, Auto et Moto, blog Simca 5, Simca 5 | le 14 octobre, 2016 |Pas de Commentaires »

Construction des coffrages (suite et fin)

C’est le début des vacances et j’ai enfin du temps pour réaliser les coffrages. A l’aide des gabarits en carton, j’ai fait un premier coffrage d’essai qui m’a permis d’affiner les formes dont celles, courbes du panneau supérieur et de l’arrière du panneau vertical.

Ce qui est un peu long c’est que je n’ai pas la voiture à disposition à l’endroit où je travaille sur les coffrages. Aussi, ai-je dû faire plusieurs allers retours entre chez moi et le garage où se trouve la voiture. René, le garagiste, m’a quand même fourni un coin pour travailler quand j’étais dans la phase de sciage des morceaux de coffrage et ça a été bien pratique. En tout cas bien plus pratique que chez moi où je dois me servir de mon palier comme d’un atelier provisoire. Heureusement, ma voisine et collègue a changé d’appartement il y a quelques mois, sans ça je n’aurais pas pu utiliser le palier de cette façon.

Mon atelier provisoire de fortune installé sur le palier. Une table d'écolier en guise d'établi pour mes travaux pratiques.

Mon atelier provisoire de fortune installé sur le palier. Une table d’écolier en guise d’établi pour mes travaux pratiques !

Mes coffrages sont construits avec du contreplaqué, lisse d’un côté et avec des reliefs en forme de treillis de l’autre côté. Celui-ci sera utilisé pour l’extérieur du coffrage destiné à être recouvert ; ainsi la colle adhérera mieux sur cette face plus rugueuse. Le panneau principal, vertical, est fait dans une épaisseur de 13 mm, celui de la partie supérieure avec du 9 mm. Pour faire la courbure de la partie avant, j’utilise de l’isorel. René m’a conseillé de le cintrer en l’humidifiant à plusieurs reprises ; c’est une bonne technique.

Cintrage de l'isorel sur le coffrage d'essai

Pendant que l’isorel prend la forme désirée, je réalise les coffrages en vissant les deux parties ensemble, après avoir installés des renforts similaires à ceux d’origine. J’ai pré-percé les trous, percé légèrement les matériaux pour recevoir les têtes de vis, limé pour un bon ajustage des éléments.

Construction des coffrages (suite et fin) dans auto ancienne image0001-300x225

Coffrage droit : panneau vertical

 

Image0002

pré-perçage du panneau horizontal.

 

Image0003

assemblage des deux panneaux

 

 

Panneau vertical gauche en cours de réalisation

Panneau vertical gauche en cours de réalisation

 

Les coffrages - passage de roues sont terminés et s'insèrent maintenant bien à leur place. Il a fallu encore limer un peu celui de gauche pour fignoler le positionnement.

 Les coffrages – passage de roues sont maintenant terminés et s’insèrent bien à leur place. Il a fallu encore limer un peu celui de gauche pour fignoler le positionnement. Il ne restera plus qu’à y additionner un revêtement.

Publié dans : auto ancienne, Auto et Moto, blog Simca 5, Simca 5 | le 17 juillet, 2016 |Pas de Commentaires »

Coffrages accoudoirs – passages de roues arrières

Les coffrages de passage de roues sont aussi en très mauvais état, le matériau de récupération utilisé étant très fragile, et leur revêtement complètement défraîchi, voire absent ; il est donc nécessaire d’en faire de nouveaux.

Pour cela, je fais d’abord des gabarits en carton que j’ajuste plus ou moins sur les anciens coffrages. Je les affine ensuite directement dans la voiture. Ils vont me servir pour la découpe des vrais coffrages.

Image0005Image0006

 

Une fois les coffrages retirés, voici l’arrière de la voiture. A droite, la trappe d’accès à la batterie.

Une fois les coffrages retirés, voici l’arrière de la voiture. A droite, la trappe d’accès à la batterie.

Les sièges avant

La quasi totalité de la restauration sera faite par des professionnels car je n’ai ni le temps, ni les locaux, ni l’équipement, ni la technicité pour la faire moi-même. Cependant, je ferais une ou deux petites choses.

Pour commencer, j’ai retiré les sièges et passages de roues arrières. Les sièges sont en bien mauvais état et je les emmène donc chez un sellier.P1020825 P1020826

Celui-ci a mis l’armature à nu. Avant qu’il ne refasse le rembourrage et qu’il ne les couvre, je reprends les armatures afin de retirer la partie supérieure que je vais refaire chromer. Auparavant, les barres transversales de la partie haute des sièges que j’ai retirées doivent être ressoudées.

Image0004

Ci-dessus, on voit les tirettes d’avance et de recul des sièges. A l’extrémité se visse des boutons-boule en bakélite. Il n’en restait qu’un ; j’ai pris les mesures, ai trouvé un fournisseur sur internet et en ai commandé.

Une fois les extrémités supérieures des dossiers passées à la microbille et les barres transversales ressoudées, je les emmène au chromage. Hélas l’entreprise sera bientôt en vacances et le délai de livraison est repoussé à fin septembre.

Image0002

Publié dans : auto ancienne, blog Simca 5, Simca 5 | le 26 juin, 2016 |Pas de Commentaires »

Autoecole2000 |
Des trapp'r au TT 2016 |
Sportamoteurmngpi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | En moto je sillonne les routes
| Coveringmatpeinturevoiture
| Décoration racing oldschool